Réalité

Des profs en ligne

Pourtant, cette définition de sens commun semble se heurter à la réalité même du désir : si je suis poussé par mon désir, suis-je libre? La liberté se définit alors comme libre-arbitre. Le problème posé par le sujet réside dans le rapport envisagé entre le travail et la liberté. Mais quelle est cette liberté que le travail nous retirerait? Dans un premier temps, nous verrons pour quelles raisons on peut penser que, loin de nous faire perdre notre liberté, le travail nous fait gagner notre liberté. Pourtant, tout travail nous affranchit-il de la nécessité naturelle? Nous nous demanderons alors en quoi le travail nous vole notre liberté.

Autres essais populaires

Dessin tout simple avec I. Aristote considérait le travail comme une activité avec nature asservissante, n'étant pas une délicat en elle-même mais le moyen avec la subsistance. Activité vile qui déforme l'âme et le corps, elle aurore réservée aux esclaves qui s'abîment par ce qu'ils font.

Lhomme qui travaille franchise

Rechercher

Personne lui associe la peine, l'effort, la contrainte. Étymologiquement, le mot vient du latin tripalium, qui désignait un engin de torture. De fait, chacun semble aspirer à réduire toujours plus ton temps de travail, auquel on oppose significativement le temps libre. Mais donc, comment expliquer la place essentielle qu'il occupe aussi bien dans la ardeur des sociétés que dans celle des individus? Pour quelles raisons travaille-t-on alors dans quel but?

Laisser un commentaire

Adresse strictement confidentielle

Back to top